• Un trophée blanc, un buteur blaugrana

    Victorieux 3-0 de Bilbao à San Mames, le Real Madrid a remporté la Liga pour la 32ème fois de son histoire, ce malgré la victoire de Barcelone quelques heures plus tôt face à Malaga (4-1) et le nouveau record de Messi.

    L'issue ne faisait plus aucun doute depuis ce Clasico remporté en terre catalane (2-1), le 22 avril dernier. Le Real Madrid avait son destin entre ses mains pour renouer avec un trophée qui le fuyait depuis 2008. En surclassant Bilbao à San Mames (0-3), les Merengue se sont assurés mathématiquement de remporter la Liga, ce à 2 journées du terme officiel de la saison. Le Barça avait pourtant retardé l'échéance au maximum en s'imposant déjà ce week-end sur la pelouse du Rayo Valecano (0-7). Ce mercredi, jour de débat présidentiel, les Catalans avaient fait le travail à la maison en venant à bout de Malaga (4-1). Cette soirée fut marquée par un nouveau triplé de Messi, portant son total en Liga à 46 buts mais plus encore, cette performance lui permettait d'entrer encore un peu plus dans l'histoire comme le buteur le plus prolifique sur une saison toutes compétitions confondues avec un total de 68 réalisations, une unité devant le légendaire buteur allemand es années 1970, l'implacable Gerd Müller (67 en 1973). Une petite histoire dans la grande car cette nuit n'était pas celle de Barcelone et de son génie argentin mais bel et bien celle du peuple blanc.

    Madrid campeon

    Il fallait donc une victoire pour que l'équipe emmenée par Cristiano Ronaldo embrasse définitivement le trophée de la Liga. Et dans la cathédrale basque de San Mames, décor grandiose, les Merengue n'ont pas déçu. Ainsi, Gonzalo Higuain, annoncé partant du côté de la Juventus Turin ou du PSG cet été, a adressé le plus des cadeaux à une équipe qu'il fréquente depuis déjà 6 ans en inscrivant le premier des trois buts madrilènes (15ème). Ultra dominateur, les visiteurs allaient mettre fin à tout suspense 4 minutes après l'ouverture du score par l'intermédiaire de Mesut Özil (19ème). La démonstration madrilène prenait fin à la 50ème minute avec ce but comme un symbole, inscrit par l'artificier numéro 1 de la Maison Blanche, celui qui plus d'une fois cette saison maintenu à bout de bras une institution fragile et orgueilleuse. Cristiano Ronaldo trompait Iraizoz et clouait la marque, renvoyant l'Athletic a ses rêves européens (ndlr : les Basques sont en finale de l'Europa League et affronteront l'Atletico Madrid à Bucarest le 9 mai prochain). Pour Madrid, ce succès est une délivrance. La fin d'un calvaire long de 4 ans. Quatre années à subir la domination outrageuse et sublime du rival honni catalan. La délivrance pour José Mourinho et ses hommes qui décrochent enfin cette liga qui les fuyait depuis leur arrivée. Ce soir, la capitale espagnole bouillonne. Si l'équipe championne n'est attendue que demain à 19h pour célébrer le 32ème titre de l'histoire du club, la fête a déjà commencé place des Cibeles où les supporters ont prévu une nuit blanche, au propre comme au figuré.

    Le passage de témoin était inévitable, le voilà accompli. Madrid triomphe et Barcelone regarde. La saison 2013 s'annonce d'ores et déjà des plus passionnantes entre deux rivaux en quête d'absolu. Sinon, à Séville, le Bétis a diposé du FC Séville au Ramon Sanchez Pizjuan dans le derby le plus chaud de la péninsule ibérique (1-2). Question de supériorité locale. Quand histoire et football se mêlent...

    Christopher Buet


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :