• The Real Truth of Hillsborough

    article-0-002ADC5300000258-924_468x286

    Il y a 23 ans, le football anglais était endeuillé par le drame d'Hillsborough. Ce 15 avril 1989, 96 personnes trouvaient la mort dans une bousculade lors de la demi-finale de Cup entre Liverpool et Nottingham Forrest. Les autorités avaient alors assuré que le drame était du à l'attitude du public mais à en croire un rapport paru cette semaine, la police et les secours ne seraient pas exempts de tous reproches.

    « At long last, the truth ». Sur fond noir, The Independent offre une Une particulièrement frappante. A la fois solennelle et grave, la photo de ce supporter porté à bras le corps par un civil et un policier nous replonge dans l'enfer de ce 15 avril 1989. 23 ans après, les révélations sur la vérité du drame du Hillsborough font la Une de la presse du Royaume-Uni. Si comme The Independent, News Paper of the Year et The Times ont misé sur les photos d'époque rappelant l'ampleur de la catastrophe, d'autres comme The Guardian ou The Scotsman ont opté pour une image plus parlante encore. Sur cette dernière, une supportrice de Liverpool brandit une écharpe laissant apparaître le mot « Justice ». Justice pour ces victimes qui font la Une du Daily Mail dans un kaléidoscope impressionnant de 96 images. Un chiffre floqué au dos du maillot des Reds avec comme simple nom « Justice » et placardé en couverture du Daily Mirror. Depuis hier, un rapport sans équivoque rétabli la vérité et met en cause les autorités publiques.

    Le contexte :

    15 avril 1989, Liverpool et Nottingham Forrest se retrouvent en demi-finale de la Cup. Pour disputer cette rencontre, la Fédération anglaise de football (FA) a désigné le stade de Hillsborough, antre de Sheffield Wednesday. Une enceinte à l'ancienne édifiée en 1899 et dont la tribune ouest lieu du drame. Car en cette après-midi, les supporters de Liverpool se sont hillsborough1vus attribués cette partie du stade pour se réunir et assister au match. Transportés en car, ces derniers rencontrent des problèmes sur la route et retardent dangereusement leur arrivée à Sheffield. De fait, a quelques minutes du coup d'envoi, plusieurs centaines voire des milliers de supporters s'agglutinent devant la porte de Leppings Lane et cet unique tourniquet qui filtre les entrées. Pour accélérer le mouvement, les forces de police dépassées ouvrent un accès où se faufilent les supporters des reds. Problème : à l'intérieur la tribune, où sont massés debout les spectateurs, est déjà bondée. Le flux d'entrant déclenche alors un mouvement de foule. Sur le terrain, on ne se doute de rien mais après six minutes de jeu, l'arbitre suspend le match. Derrière Leppings Lane, les grillages ceinturant la tribune ouest compressent les supporters de Liverpool qui ne peuvent s'extirper de ce « piège ». Si quelques uns parviennent à se hisser au second étage donnant lieu à des scènes surréalistes, d'autres ont moins de chance. 96 personnes trouveront la mort quand 766 finiront blessés. Les autorités dépassées concluront à un mouvement de foule provoqué par des supporters ivres.

    http://www.youtube.com/watch?v=5ifgOeQnFn8&feature=related

    http://www.youtube.com/watch?v=wsYBPdRHDtM&feature=related

     

    La police incriminée

    23 ans après le drame de Hillsborough, le gouvernement britannique a mis au jour un rapport démentiel de 450 000 pages détaillant la réalité de ce 15 avril 1989. Ce rapport se veut particulièrement accablant envers les pouvoirs publics. Celui-ci article-1369102-04434324000005DC-288_634x406révèle ainsi que la police a délibérément menti, profitant du contexte d'alors avec un football anglais souffrant de houliganisme, pour accuser les supporters de Liverpool d'avoir provoqué le drame par leur indiscipline. Cette manœuvre leur permit de se dédouaner et de garder la tête haute. Le mensonge policier est même allé plus loin encore, les officiers présents à l'époque amendant pas moins de 164 procès verbaux faisant état de leur impuissance et du fait qu'ils avaient absolument tout tenté pour éviter la catastrophe. Par ailleurs et tout aussi odieux, ils auraient tenté par tous les moyens de ternir la réputation des victimes allant jusqu'à relever les taux d'alcoolémie de ces dernières même les enfants. Pire encore, le rapport indique que la police s'est opposée à l'intervention des secours, ne laissant intervenir qu'une ambulance quand 44 s'étaient dépêchés de rallier les lieux. Pourquoi cette attitude ? Le rapport ne nous offre aucune réponse concrète si ce n'est que la police a été littéralement dépassé par l'ampleur de l'évènement et a paniqué.

    Les documents publiés ont également mis en exergue qu'une bousculade de ce type mais non meurtrière avait eu lieu au même endroit l'année précédent ces évènements. Le plus dur résidera sûrement dans cet autre point abordé et qui soutient que 41 des 96 victimes auraient pu être secourus si les secours avaient été bien aiguillés.

    Le rapport complet : http://hillsborough.independent.gov.uk/

     

    Une enquête réouverte ?

    Suite à pareilles bavures, le gouvernement par la voix de son Premier Ministre James Cameron a présenté ses excuses à la nation et au peuple de Liverpool. « Je dois aujourd'hui, en tant que Premier ministre, présenter des excuses aux familles de ces 96 personnes pour tout ce qu'elles ont enduré au cours des 23 dernières années. », a déclaré M. Cameron devant le Parlement. « Au nom du gouvernement, et du pays tout entier, je veux dire que je suis profondément désolé de cette double injustice, qui est restée en l'état pendant si longtemps. ». Une auto-flagellation partagé par The Sun. Le tabloïd britannique a voulu s'excuser auprès des supporters des Reds pour la Une qu'il avait sorti au lendemain des faits et qui reprenait bêtement les propos des policiers sous le titre « The Truth (La Vérité) ». Le rédacteur en chef de l'époque Kelvin MacKenzie y est lui aussi aller de son petit mot, confessant avoir été abusé. « Je n'avais aucune raison de croire que cette figure policière me mentirait et me tromperait à propos d'un tel désastre. J'ai publié en bonne conscience et je suis accablé que tout cela fut faux. »

    the-sun-hillsborough

    Cette publication et ces excuses, auxquelles s'est joint le chef du parti travailliste Ed Miliband, ont déclenché immédiatement des demandes de réouverture de l'enquête. Celle de 1990 avait conclu qu'il n'y avait pas assez de preuves pour lancer les poursuites. L'Attorney général, ministre qui conseille juridiquement le gouvernement mais est indépendant, doit décider d'une telle demande à la justice. Sheila Coleman, membre d'un groupe de soutien aux victimes, a « salué » la déclaration de M. Cameron, qui prouve que « les gens de Liverpool ont dit la vérité depuis des années », et a appelé à l'annulation des premières conclusions.
     

    Christopher Buet


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :