• Rosberg, l'archer chinois

    Première victoire de la carrière de Nico Rosberg ce dimanche à Shanghai, pour son 111e Grand Prix. Grâce à une stratégie, à deux arrêts, gagnantes et un talent qu’il ne doit qu’à lui-même. Le premier succès d’une Mercedes depuis 1955. Button et Hamilton complètent le podium.

    Le championnat s’annonçait serré. Indécis. Avec les Flèches d’Argents à ce niveau de performance, il le serra encore plus. Dans une course qu’il aura presque mené de bout en bout, l’Allemand de 26 ans s’est invité, lui aussi, dans la course au titre. Au coté d’Hamilton, Button et Vettel. Dans la cour des grands.

    Rosberg Chine CourseLongtemps en tête de la course, cette première victoire aurait pu lui échapper. Le pilote Mercedes dans son deuxième relais, a vu peu à peu ses pneumatiques se dégrader. Et Jenson Button en profiter. Le pilote anglais a récupéré la première place au trente-cinquième tour avec près de dix secondes d’avances. Mais a finalement du s’incliner suite à son troisième arrêt et un changement de pneu trop long. La réussite du futur champion pour Rosberg ? Peut-être bien.

    Son coéquipier Michael Schumacher ne peut pas en dire autant. Victime d’un écrou mal vissé après son premier pit stop, le septuple champion du monde, deuxième à ce moment du Grand Prix, a dû abandonner après treize boucles. Pour mieux savourer sans doute la victoire de son compatriote.

    Toujours présents, les deux pilotes McLaren ont profité des derniers instants pour doubler la Red Bull de Sebastian Vettel. Sur une stratégie à trois arrêts, Button et Hamilton auraient pu espérer mieux sans le trafic et un certain manque d’audace. Avec cette nouvelle troisième place, Lewis Hamilton s’empare de la tête du championnat. Sans s’être encore imposé cette saison.

    Beaucoup mieux en rythme de course, les Red Bull de Webber et Vettel terminent aux 4e et 5e places. Devant un surprenant Romain Grosjean, pas habitué à terminer un GP. Pour une fois en-dehors des ennuies au départ, le Français a su profiter d’une meilleure gestion de ses gommes pour remonter en fin de course et ouvrir son compteur de points. Bien loin de Kimi Raikonnen, seulement 14e et victime de la dégradation de ses pneus en fin de relais. Surprenant Senna et Maldonado aussi, 7e et 8e à bord de leur Williams. Fernando Alonso, qui aura navigué pendant la majeure partie de la course autour de la 6e position, échoue avec sa Ferrari au neuvième rang. La faute à une légère erreur grande de conséquences dans le dernier tiers du Grand Prix.

    Un mot des Sauber, en retrait par rapport à leurs qualifications pleines de promesses. Kobayashi prend le point de la 10e place quelques secondes devant Sergio Pérez. Parti de la voie des stands pour avoir fait des modifications sur sa voiture, Jean-Eric Vergne termine 16e, une place devant Ricciardo. Et c’est bien là l’essentiel pour le Français. Charles Pic se classe 20e.

    Dans une semaine, sauf retournement de situation (ou changement d’humeur de Bernie Ecclestone), le grand cirque de la F1 débarquera à Bahreïn. Avec en favori Nico Rosberg, bien décidé à décocher ses flèches. Ses adversaires sont prévenus.

    Nicolas Sarnak


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :