• Nadal met (presque) un terme à sa saison

    Nadal-tire-un-trait-sur-l-US-Open

    C'est un mauvais conte de fée qui n'en fini pas. Ecarté des courts depuis juillet dernier, Rafael Nadal a annoncé qu'il prolongerait son absence pour au moins deux nouveaux mois, renonçant à la demi-finale de Coupe Davis (14-16 septembre face aux Etats-Unis). Un coup dur qui pourrait s'avérer finalement salvateur.

    Rafaël Nadal a tout du colosse aux pieds d'argiles à la seule différence que ce ne sont pas ces pieds mais bien ses genoux qui le meurtrissent, l'empêchant de s'adonner à son métier. Pas apparu sur les courts depuis sa défaite surprise au second tour de Wimbledon le 28 juin dernier face au tchèque Lukas Rosol, le Majorquin a annoncé par voie de communiqué qu'il allait rester loin des courts pendant encore deux mois, souffrant d'une rupture partiel du tendon rotulien, renonçant de fait à la demi-finale de Coupe Davis face aux États-Unis (14-16 septembre). « Je dois me reposer et je reviendrais quand la douleur aura disparu. » écrit Nadal sur son Twitter. Déjà le 17 août dernier, il avait annoncé, meurtri, renoncer à l'US Open. C'est presque soulagé qu'il est apparu, aujourd'hui.

    Un syndrome de Hoffa

    Ce lundi, l'enfant de Manacor a révélé que le mal est plus sérieux que prévu. Selon un communiqué diffusé à la presse, le numéro 3 mondial souffre d'une rupture partiel du tendon rotulien et d'une inflammation de la rotule gauche, relatif à un syndrome de Hoffa. En effet, depuis cet été, Nadal connait la source de ces maux réguliers, une maladie résultant de l'inflammation d'une boule graisseuse derrière la rotule. Si le médecin de Rafaël Nadal s'exprimera demain sur la vraie nature de cette maladie et ce qu'elle implique pour le joueur, ce dernier se veut philosophe et préfère hypothéquer sa fin de saison afin préserver la suite de sa carrière. « J'ai très envie de revenir sur le court et retrouver le circuit, mais j'ai encore bien des années devant moi et mon genou nécessite du repos. » conclue-t-il heureux d'avoir éviter l'opération. Pour 2012, le voile tombe vraisemblablement pour l'Espagnol qui ne pense déjà plus qu'à 2013. Va loin qui sait ménager sa monture, un comble pour un homme qui n'a eu de cesse de repousser ces limites ignorant les avertissements de sa chair.

    Christopher Buet


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :