• Alain Portes

    Après avoir mené la Tunisie aux Jeux olympiques, Alain Portes rentre au pays pour prendre les commandes de l’équipe de France féminine de handball. Présentation de l’homme qui remplace Olivier Krumbholz, en poste depuis 1998.

    Un Barjot

    Alain Portes n’est pas un inconnu du handball tricolore. A 51 ans, il en est même l’un des piliers fondateurs. International pour la première fois en 1983 (216 sélections au total), il a été de l’aventure bronzée de Barcelone lors des Jeux olympiques 1992, acte fondateur du handball tricolore. Pas forcément le plus connu de cette génération pionnière, il en porte toutefois l’esprit.

    Un pionnier

    Durant 9 ans, il a entraîné l’équipe féminine de handball de Nîmes. Si sa première année sera marquée par une relégation en D2, il remportera ensuite le championnat pour retrouver l’élite en 1998. Trois ans plus tard, il est entré dans l’histoire avec le club gardois en tant que premier vainqueur français d’une Coupe d’Europe en handball (deux ans avant Montpellier vainqueur de la Ligue des Champions en 2003, ndlr). Ce titre reste à ce jour l’unique trophée européen remporté par un club de handball féminin français.

    Un architecte

    Si la FFHB a choisi Alain Portes pour remplacer Krumbholz, c’est avant tout pour le travail qu’il a effectué avec la Tunisie. En 2009, l’ancien ailier prend la tête de l’équipe nationale tunisienne. Plus que les deux championnats d’Afrique qu’il remporte (2010 et 2012), il parvient à qualifier la Tunisie pour ses premiers Jeux olympiques (quart de finale) depuis ceux de Sydney en 2000 et surtout à faire éclore une nouvelle génération de handballeur talentueux.

    Un fidèle

    Avant de prendre les rênes de l’équipe de Tunisie en 2009, Alain Portes a effectué l’ensemble de sa carrière au sein du club de Nîmes. Joueur, il a remporté 4 titres de champion de France et 3 Coupe de France, gagnant ses galons d’international avant de prendre les commandes de l’équipe féminine puis masculine. Au total, il a passé près de 30 ans au sein du club gardois. Pour l’ensemble de son œuvre à Nîmes et en équipe de France, celui que l’on surnomme « Bip Bip » (en référence au cartoon) a même été désigne par la Fédération Française de handball (FFHB) ailier du siècle.

    Une vie de sport

    Natif de Sète, Alain Portes était destiné à faire du handball sa vie. S’il a commencé par jouer au foot au sein du FC Sète, fleuron du football héraultais à l’époque, il a vite opté pour le handball intégrant le Sète Olympique, club créé par son père. Portes est également un amoureux du rugby, sport qu’il aurait aimé pratiquer mais qu’il s’est contenté d’observer.

    Christopher Buet


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique