• Le Chardon, ça pique !

    Malmené durant une bonne partie de la première période, le XV de France s'est finalement imposé 23-17 sur la pelouse écossaise de Murrayfield, pour la troisième journée du Tournoi des VI Nations. Et ce n'était pas une partie facile. Analyse.

    Avec Aurélien Rougerie au centre, et Dimitri Szarzewski au talon, l'équipe de France partait avec un handicap sérieux au coup d'envoi. Seuls points positifs, Damien Traille, vice champion du monde, était resté sur la Côte Basque et Thierry Dusautoir avait, de nouveau, enfilé sa tenue de super héros.

    Mais avant de sortir leurs coeur sur le terrain, les Ecossais nous avaient proposés les choeurs de Murrayfield. Pendant un peu plus d'une minute, à l'unisson et acapella, le mythique Flowers Of Scotland, a pris nos petits Bleus aux tripes ... de quoi leur faire rater le début de match.
    Sept minutes à peine, et alors que les Français n'avaient toujours pas touché le cuir, les Ecossais envoyaient Stuart Hogg à l'essai. Pour sa première sous le maillot frappé du chardon, l'arrière de 19 ans, filait inscrire ses tout premiers points en sélection, au nez et à la barbe du capitaine Français.

    Menés, on pensait alors naïvement que les hommes de Philippe Saint-André allaient réagir. Mais non, mieux encore, les Ecossais boostés par un début de match tonitruant et surfant sur de bons débuts dans le Tournoi allaient mettre en danger la défense tricolore. Pénalisés, les Bleus voient le jeune ouvreur Laidlow réussir sa tentative. 10-0, au bout de 28 minutes de jeu.

    Façon diesel, les joueurs de PSA, vont accélérer et après un superbe travail de François Trinh-Duc, Morgan Parra éjecte vers Vincent Clerc qui réalise une superbe passe sur un pas pour Wesley Fofana qui s'en va voler dans l'en-but. Le jeune Clermontois, remet les Français dans le sens de la marche. 10-7, puis 10-10 juste avant la mi-temps, grâce à une pénalité de Parra.

    A la pause, le « miracle » est en marche. L'équipe de France, n'est plus menée contre l'Ecosse... Jouer à se faire peur, c'est  tout de même plus marrant. En seconde période, les Bleus vont rappeler qu'ils ne sont pas finaliste de la dernière Coupe du Monde pour rien, et grâce à de belles séquences vont prendre pour la première fois le score grâce, de nouveau, à la botte de Morgan Parra.


    ecosse-france-pape_full_diapos_largeLe train français est en pleine bourre, mais va se faire fesser. Sur un contre, Barclay s'extirpe facilement du ruck, la vie est belle à l'aile et Lee Jones s'offre son premier essai dans le Tournoi. A la surprise générale, l'Ecosse reprend l'avantage 17-13.

    60ème minute, le suspense est haletant, le match intéressant et Julien Malzieu, très peu en vu depuis le début de la rencontre va se réveiller. Accélération, puis énorme raffut sur Nick De Luca, avant de transmettre à Maxime Medard, qui file sous les perches ... Le match a définitivement basculé. Les Français s'imposeront finalement 23-17.

    L'équipe de France, entame au forceps, sa série de quatre matches, en quatre semaines avec comme grosse satisfaction un pack d'avants hors-normes, et emmené par un Thierry Dusautoir étincelant. The Dark Destroyer ayant terminé la rencontre avec 19 plaquages réussis, pour zéro manqué.

    Le prochain opus, dimanche 4 mars face à l'Irlande sera lui, décisif pour la suite du Tournoi, l'important étant de ne pas arriver verts, face aux Diables rouges Gallois le 17 mars prochain au Millenium pour la finale de l'édition 2012.

    Mickaël Martin-Haim


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :