• La tisseuse d’or

    magda3

    Belle comme un cœur, Magdalena Neuner est une sportive au talent rare et enjôleur. À 25 ans et avec son ski tout en légèreté, la fille de Wallgau, en Allemagne, a déjà tout gagné et tutoyé tous les sommets. Implacable, elle a décidé de mettre un terme à une carrière magistrale.

    Magdalena Neuner avait annoncé la couleur à l’ouverture des Jeux Olympiques de Vancouver, le 12 février dernier.« Je suis déjà montée six fois sur la plus haute marche d'un podium en Championnat du monde. Viser l'or (olympique) n'est pas utopique.». Beaucoup avait vu en cette déclaration l’arrogance d’une jeunesse impudente et impétueuse. Mais à 25 ans, l’Allemande n’est plus une débutante et en adepte du tricot ne se trompe pas de fil. Pour sa première olympiade, celle que l’on surnomme « Gold Lena » justifie son patronyme en s’imposant dans la poursuite et la mass-start. Avec l’argent du sprint, elle repart avec 3 breloques de Vancouver. Le biathlon a sa reine et elle s’appelle Magdalena Neuner.

    Cette apothéose sur la piste de Whistler n’est en soit pas une surprise quand on connait la trajectoire de la belle « Lena » et de son immuable sourire. Née en 1987 à Wallgau, petit village de Bavière près de Garmisch-Partenkirchen, Magdalena grandit dans l’amour de la neige.  A 9 ans, elle s’essaye au biathlon pour ne plus jamais arrêter. Profitant de qualités rares en fond, où elle fait jeu égal avec ses homologues masculins jusqu’à l’âge de 16 ans, elle survole les catégories juniors, remportant tous les titres nationaux de 1999 à 2003 avant de compiler les titres mondiaux (7 au total). Si elle intègre l’équipe nationale et découvre la Coupe du monde en 2006 à seulement 19 ans, Neuner doit attendre l’année suivante pour briller.

    Marie-Laure Brunet : « Une fusée »

    Sandrine Bailly, qui connaît bien la prodige de Wallgau pour lui avoir imposé une mémorable empoignade lors de la saison 2008 (ndlr : Bailly échouant à 13 points de l’Allemande au général), livre cette analyse pertinente. « Neuner a un avantage, elle va très vite sur les skis et peut donc se permettre de beaucoup "tourner". Elle est très impressionnante en vitesse de déplacement mais ce n'est pas une biathlète complète»  observe la française avant d’ajouter : « Elle tire très vite sur son tir couché, mais prend beaucoup de risques. Quand elle mettra ses tirs debout, là elle sera imbattable ».

    A 20 ans et bien qu’encore junior, elle est prête. Magdalena a appris et démontre toute l’étendue de son talent. S’affirmant comme l’une des athlètes les plus rapides du circuit, elle remporte sa première victoire en Coupe du Monde à Oberhof (sprint) et s’ouvre les portes des Championnats du monde séniors. Le destin est en marche et « Lena » allait devenir « Gold Lena ». À Anterselva, elle remporte trois titres mondiaux et devient la plus jeune biathlète de l’histoire triple championne du monde. Une étoile est née. Neuner enchaine alors les victoires, termine 4ème du classement général de la Coupe du Monde et est désignée sportive allemande de l’année (2007).

    Ses performances et son talent suscitent l’admiration de toutes ses concurrentes à commencer par Marie-Laure Brunet qui avoue fatalement : « Sur les skis, c'est une fusée. Heureusement qu'elle n'est pas encore très fiable au tir, sinon elle nous mettrait à tous une bonne raclée ». La Française ne croyait pas si bien dire. La saison suivante, Neuner livre un véritable récital et appose son empreinte sur le biathlon mondial. Aérienne et en pleine confiance, elle remporte la Coupe du Monde, les petits globes du sprint et de la mass-start, participe à ses derniers mondiaux juniors (2 nouveaux titres) et réédite son extraordinaire triplé de 2007, pour un sextuplé inédit à cet âge. Après une éclipse en 2009 en raison de problèmes de santé récurrents, l’année 2010 marque son grand retour. Du haut de son mètre soixante cinq, elle, qui tricote pour se détendre lors des compétitions, survole le classement général et règne sur les Jeux Olympiques de Vancouver.

    1068460292-12_oestersund2_475px.9

    Âgée de 23 ans, la douanière aux yeux bleus ravageurs n’a plus rien à prouver. Star en son sport et en son pays, elle reste humble. «J’ai gardé les pieds sur terre. Je ne pense pas à la trace que je vais laisser dans l'histoire ; je collectionne les titres pour moi et je peux déjà être très fière de ma carrière qui n'est pas encore finie » explique-t-elle. En effet, la Bavaroise est une championne insatiable et n’entend pas s’arrêter là. « Je ne peux pas rater des Championnats du monde qui ont lieu à la maison ; je serai donc à Ruhpolding en 2012 » a déclaré la double championne olympique et harpiste à ses heures, à l'agence allemande SID, filiale de l'AFP, en novembre dernier. A Kanthy-Mansiyk, en Russie, l’Allemande poursuit sa moisson dorée, remportant trois nouvelles médailles d’or (sprint, mass-start et relais). Cependant et contrairement à 2010, elle doit se contenter de la cinquième place au général de la Coupe du Monde, classement remporté par la Finlandaise Kaisa Mäkäräinen mais empoche tout de même le globe de la spécialité du sprint. Neuner avait laissé planer le doute sur les suites qu’elle allait donner à sa carrière. En décembre 2011, elle met un terme aux rumeurs et annonce définitivement son retrait à l’issue des Mondiaux de Ruhpolding, dans sa Bavière natale. Pour sa dernière saison, elle compile pas moins de 9 succès durant tout l’hiver. C’est forte de sa place de leader au classement général qu’elle débarque en Bavière pour la dernière maille de sa carrière. Là devant son public, elle décroche deux nouveaux titres mondiaux, conservant ceux acquis un an plus tôt en sprint et en relais, portant son total à 12 sur l’ensemble de sa carrière. La consécration est totale malgré l’échec de l’individuelle (23ème) car en plus de ses titres, elle s’adjuge les médailles d’argent en poursuite et de bronze en relais mixte. L’Allemande aurait pu s’arrêter là mais elle se devait de tirer sa révérence sur une note digne du statut de Championne qui est le sien. En effet, à Kanthy-Mansiyk, elle s’offre son troisième Globe de Cristal ainsi que le globe de la spécialité du sprint. Une sortie par la grande porte pour la plus grande biathlète de tous les temps.

    A seulement 25 ans, « Gold Lena » est une reine brillante et fascinante qui n’en a pas fini de trainer son tricot derrière elle et de tisser sa destinée dorée. Une destinée qui s’écrira loin des pistes enneigées du biathlon mondial.

    Christopher Buet


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :