• L'écho argenté de Brunet à l'or de Fourcade

    Fourcade 3ème titre

    Oh toi belle et grande équipe de France ! Au regard de cette semaine merveilleuse, il nous en viendrait presque à déclamer des vers et à user de rimes pour avouer cet amour et cette admiration à l'égard de nos biathlètes tricolores. Encore une fois, ces derniers se sont surpassés pour nous livrer des championnats du monde de haute tenue. Premier pourvoyeur de médaille aux Jeux Olympiques (6 médailles à Vancouver en 2010), le biathlon a fait sa fête et cette équipe a établi une nouvelle marque de référence avec pas moins de 7 médailles mondiales (dont deux pour les relais).

    Ce dimanche à Ruhpolding devant un stade en folie garni de plus de 25 000 personnes (le lieu n'est pas une référence dans le monde du biathlon pour rien), hommes et femmes avaient rendez-vous pour la dernière épreuve de la semaine. Après les relais, le sprint, la poursuite et l'individuel, la mass start était au programme du jour. Premier à entrer en scène, les hommes et les frères Fourcade, Martin et Simon. Un défi pour le premier cité après la défaillance fautive (3 pioches au dernier tir debout) du relais vendredi qui a coûté le titre Bleus. Alors après cet échec, Martin avait à coeur de se racheter et de prouver que ce n'était qu'un raté et rien de plus. "Aujourd'hui, j'avais le regard noir. J'étais énervé contre moi après l'individuel et les deux relais où je n'ai pas montrer mon potentiel notamment au tir."déclarait à l'issue de la course Martin Fourcade. Survolté, le Catalan imprime un rythme d'enfer sur les skis comme à son habitude. Tant et si bien que la sélection s'opéra. Après 3 tirs et 2 fautes, Martin se présente sur le pas de tir en compagnie de l'Allemand Birnbacher et du Suédois Ferry, notamment. Là, le leader de la Coupe du Monde entre dans sa phase favorite de la confrontation et met la pression. Birnbacher craque et lâche une balle pour un tour de pénalité. Le Français sort donc seul avec Björn Ferry pour l'ultime boucle.

    En compagnie des légendes

    Bien calé dans le sillage du français, ce dernier paraissait fort  et attendait le bon moment pour lâcher son adversaire. cependant, Martin Fourcade n'est pas un biathlète comme les autres. En patron, il prit les devants et plaça une accélération décisive dans la dernière côte. Comme le week-end dernier où il y déposa un autre Suédois, (Bergman), il s'échappa seul pour fondre vers un troisième titre dans ces championnats du monde. Une performance exceptionnelle qui lui permet de rejoindre au panthéon son illustre prédécesseur Rapahël Poirée (2004) et Ole Einar Bjorndalen (2005 et 2009, là le norvégien avait poussé le vice à remporter 4 titres) "Aujourd'hui, je ne rends pas l'or à Alexis (Boeuf), Simon (Fourcade, son frère ainé) ou Jean-Guillaume (Beatrix), mais je crois que je le rends à tous les autres, aux coachs, aux farteurs, au public français et c'est un sentiment merveilleux." . déclarait le nouveau champion du monde de la mass start et grand bonhomme de ces mondiaux (portrait en préparation). Au-delà de ce quatrième titre mondial, Martin se rapproche du Gros Globe de Cristal. En effet, Emil Svensen, son dauphin au général, n'a pu faire mieux que 18ème, un camoufflet. Les Suédois Ferry et Lindstrom complètent le podium. Simon, lui, se contente du 5ème rang. 

    Brunet ou l'argent allemand

    Faisant écho à ce nouveau titre, quelques heures plus tard, Marie-Laure Brunet s'illustrait à son tour. Impeccable sur les skis et au tir, elle ne craqua que sur le dernier pas de tir. Au debout, elle laissa échapper une balle, sa seule de la journée, qui enterrait ses espoirs de titre. Sans se désunir, la Française effectua son tour de pénalité et résista au retour de la Finlandaise Kaisa Mäkäräinen pour finir à la seconde place et enfiler sa troisième breloque en argent (relais et individuel). Un peu plus loin, 8 secondes devant pour être précis, la Norvégienne Tora Berger levait les bras. Un succès en forme de triomphe pour elle qui décroche, comme Martin Fourcade, son troisième titre ici. A domicile pour ses derniers mondiaux et après un début de semaine tonitruant laissant augurer une domination sans partage, Magdalena Neuner est de nouveau passée à côté. ce dimanche, elle a échoué à la 11ème place après avoir effectuée 6 tours de pénalité. A 25 ans, la Bavaroise lorgne déjà sur Kanthi Mansyik où la semaine prochaine, elle tentera de remporter le classement général de la Coupe du Monde afin de conclure en beauté une carrière aussi météoritique que grandiose. Une grande dame du biathlon s'apprête à tirer sa révérence.

    Marie-Laure Brunet

    Ainsi s'achève ses mondiaux de Ruhpolding, dans une ambiance folle. Oh toi belle et grande équipe de France, avec tes 7 médailles, tu as a été de taille. Fin de la saison dans une semaine.

     

    Christopher Buet


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :