• Fenninger, grand cru classé 2015

    Fenninger savoure son triomphe

    Au terme d’une saison fascinante et indécise marquée par son intense duel avec Tina Maze, Anna Fenninger a ravi le Gros Globe de Cristal grâce à sa victoire dans l’ultime Géant de la saison. À 25 ans, elle devient la 3ème autrichienne à conserver son bien au général après Möser-Proll et Kronberger.

    Fenninger s'effondre dans l'aire d'arrivéeElle n’en a même pas la force. Pas la force de lever les bras, pas la force d’exulter, de crier sa joie d’avoir réussi le plus beau pari de sa jeune carrière. En franchissant la ligne d’arrivée, Anna Fenninger n’a que le réflexe de scruter le tableau d’affichage, d’y avoir ce « 1 » devant son nom, puis de venir s’effondrer dans la neige, là au bas de ce Roc de Fer qu’elle a si admirablement taillé, là dans cette aire d’arrivée où le temps a paru s’arrêter. Du haut de ses 25 ans, l’Autrichienne sanglote la tête posée sur le manteau blanc de Méribel, lâche toute cette pression accumulée, toute cette tension qui lui enserrait le cœur. « J'avais énormément de pression. Mais pas seulement ce matin ! Ça fait des jours, des semaines que ça dure. Parce qu'à chaque course, Tina (Maze) était là », soufflait-elle.

    Maze a compris sa défaiteLa Slovène n’était d’ailleurs pas bien loin encore. Arrivé à peine une minute plus tôt, la skieuse de 31 ans était abasourdie. Retenue par ses seuls bâtons collées à sa poitrine, Maze accusait le coup. Le visage de la belle Slovène trahissait toute sa détresse, celle d’avoir échoué si près d’un second Gros Globe de Cristal, celle d’avoir cédé lors de l’ultime course d’un hiver interminable au terme d’un combat presque irréel avec Anna Fenninger. Hélas pour elle, le rôle de la perdante magnifique lui revenait. Le rôle le plus ingrat, celui qui cause les larmes les plus douloureuses et les peines les plus tenaces. « Anna était simplement trop forte cette saison », tentait la Slovène comme pour atténuer  son désarroi avant d’ajouter : « Sur cette course, je n’ai pas grand chose à me reprocher. Les erreurs, je les ai commises avant dans l’hiver. » La skieuse de Slovenj Gradec pense certainement à ses sorties de piste coupables en géant et en slalom chez elle à Maribor au sortir des Mondiaux de Beaver Creek, ainsi qu’à ce séjour à Äre dont elle revint malade et sans point.

    Maze n’abdique pas

    Fenninger survole le dernier géantDeux absences impardonnables quand on est engagé dans une lutte sans merci avec une rivale aussi exceptionnelle que la Fenninger 2015. Pourtant, Tina Maze a tout mis en œuvre pour croire en ses chances à Méribel. Arrivée en retard au général, cette dernière s’était présentée avec une avance substantielle à l’aube de ce dernier géant de l’hiver, 18 points. Restait à finir le travail et à repousser l’assaut final de la fille de Hallein. Pas une mince affaire surtout que l’Autrichienne excelle dans la discipline où elle reste sur 3 succès de rang (4 cet hiver, ndlr). « Tina est forte. Elle n'est jamais aussi forte que quand les courses sont dures, quand il y a de l'enjeu. Elle adore ça », confessait Fenninger. Une crainte justifiée. Si l’Autrichienne livrait une première manche de gala, la championne olympique se défendait comme une lionne. D’un engagement total, Maze s’accrochait aux skis autrichiens (2ème à 0’’27), regrettant finalement un second acte non-abouti où pour 8 centièmes elle laissait la tête à Eva-Maria Brem avant de voir s’élancer Fenninger.

    « Très, très nerveuse »

    Le doublé d'Anna Fenninger« Aujourd'hui, j'étais très, très nerveuse. Et encore plus au départ de la deuxième manche. Pour moi, il est toujours important d'essayer de rester tranquille. Mon but était donc de me concentrer, de ne penser à faire que ce que je savais faire. Simplement vivre le moment sans penser aux conséquences… », expliquait la jolie brune. Une nervosité vite évacuée sur la piste. Dans le brouillard de Méribel, Fenninger embrasa la piste. Soyeuse, elle enlaça la pente avec grâce, tailla ses courbes avec son habituel délicatesse dans un ski coulé et ravissant. La championne du monde de géant récitait sa partition sans la moindre fausse note, sans la moindre faute de goût. Fabuleuse sur le haut, elle asseyait son triomphe dans le mur et glissait jusqu’à l’histoire. À 25 ans, l’artiste de Hallein rejoignait deux anciennes gloires du ski autrichien : Annemarie Moser-Pröll et Petra Kronberger, en devenant la troisième Autrichiennes à conquérir deux Gros Globe de Cristal d’affilée. « Je suis tellement contente de ma saison. De mes Mondiaux, de mon dernier mois en Coupe du monde qui fut incroyable. Je vis un rêve », s’amuse-t-elle, ivre de bonheur. Digne mais dévastée, Tina Maze venait finalement étreindre la cause de son tourment avant de monter avec elle sur le podium et de la regarder avec souffrance soulever l’objet de tous ses désirs, ce Globe pour lequel elle et on équipe avait tant investi tout l’hiver. Les yeux rougis et dans le vague, la double championne du monde semblait ailleurs, dans ses pensées qui l’interrogent sur la suite à donner à sa carrière à 31 ans (elle doit annoncer en juillet si elle continue ou non, ndlr).

    De son côté, Anna Fenninger n’en finissait plus d’embrasser ce trophée rendu plus beau encore par la bataille épique livrée, tout au long de l’hiver, à l’admirable slovène. Il n’y avait plus là ni fatigue, ni pression, juste le goût délicieux d’une saison étoudissante de suspense achevée sur la plus belle des notes. Le grand cirque blanc tire donc sa révérence avec sa championne autrichienne et les promesses d’un hiver 2016 plus indécis, plus vibrant et magnifique que jamais. Merci Mesdames et à la saison prochaine.

    Podium royal pour la saison 2015

    Christopher Buet


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :