• Extraordinaire Button

    Pour le lancement de cette saison à Melbourne, Jenson Button a frappé un grand coup en dominant de main de maître la concurrence. Vettel et Hamilton complètent le podium.

    Après la domination des McLaren en qualifications la veille, on attendait confirmation des deux pilotes anglais. Et le vice-champion du monde 2011 n’a pas manqué l’occasion de faire retentir le God Save the Queen pour cette première course. Mieux parti qu’Hamilton à l’extinction des feux, Button n’a plus jamais lâché la tête pour s’imposer dans un Grand Prix mouvementé. Romain Grosjean, troisième sur la grille, et auteur d’un départ raté, ne sera resté que deux tours en piste avant de s’accrocher bêtement avec Maldonado et son excellente Williams.

    Button MelbourneLes Red Bull, archi dominatrice la saison dernière, ont aussi montré qu’elle en avait sous le pied. Vettel, parti sixième, a compris que la tâche était moins aisée avec une voiture plus faible. Pour autant, l’Allemand a su vite s’extraire du peloton en opérant un superbe dépassement sur Rosberg en début de course. Puis en profitant de la voiture de sécurité (36e tour) pour empêcher un doublé anglais. Son coéquipier Webber, quatrième, n’a pas démérité et aurait pu jouer le podium sans ses problèmes de KERS. Manger au départ et perdant cinq place, l’Australien a mis la pression en fin de course sur Hamilton, sans succès.

    Dans le clan de la Scuderia Ferrari, encore une fois, on pourra remercier le talent de Fernando Alonso. Cinquième, l’Ibère a sauvé les meubles et joué une nouvelle fois le rôle de cache misères chez les rouges. Agressif, le double champion du monde ne s’est pas ménagé et livré une belle lutte avec tour à tour, Rosberg et Maldonado. Le pilote Williams, pas habitué à être sur le devant de la scène, a réalisé une jolie course mais a fini dans un mur. La faute à un problème mécanique sur sa monoplace alors qu’il se trouvait dans les échappements de l’Espagnol. Mais ce n’est que partie remise pour Franck Williams et ses hommes qui semblent avoir construit une monoplace performante et enfin du standing de leur illustre passé.

    Déception pour Schumacher

    Un mot de Jean-Eric Vergne, en apprentissage pour sa première course de Formule 1. Le pilote Torro Rosso, onzième à l’arrivée, aura passé l’essentiel de la course à la limite des points. Dépassé à deux chicanes du but par son coéquipier Ricciardo, le Français a prouvé qu’il avait largement sa place parmi les meilleurs. Pour Charles Pic, la saison sera longue. Avec une voiture pas au niveau, celui-ci a fini à cinq tours des leaders et (trop ?) loin de Timo Glock.

    Pour le reste, on a retrouvé le Felipe Massa que l’on connaissait. En totale perdition. Seizième la veille, le Brésilien aura été en difficulté toute la course avec ses gommes, naviguant dans le ventre mou du peloton et  terminant sa course au garage, après un accrochage avec son compatriote Bruno Senna. Kimi Raikkonen, lui, n’a rien perdu de son coup de volant. Dix places de gagner sous le drapeau à damiers et l’assurance qu’avec un meilleur samedi de qualification, Kimi aura son mot à dire au milieu des meilleurs. Enfin, déception pour le septuple champion du monde Michael Schumacher. Jardinant dans le virage numéro 1 après une dizaine de tours, le pilote Mercedes, troisième au moment de l’incident,  a abandonné quelques mètres plus loin pour un problème de boîte de vitesse.

    Place mainteant à la Malaisie dans une semaine, sur un circuit à l’opposé de l’atypique Albert Park. Le duel McLaren/Red Bull devrait encore faire des étincelles. Sursaut attendu pour Lewis Hamilton qui aura à cœur de reprendre la main au sein de son équipe. Chez Ferrari, on espère que Dieu sauvera la Scuderia. Dans le cas contraire, le ciel grondera sur Maranello.

    Nicolas Sarnak


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :