• Bartoli s'est soumise à Mauresmo

    Marion Bartoli
    Après 8 ans d’absence, Marion Bartoli retrouve (enfin) l’équipe de France. Aux côtés des Cornet, Parmentier, Razzano et Mladenovic, elle défiera, le week-end prochain, l’armada allemande lors du premier tour du Groupe Mondial II à Limoges.

    Marion Bartoli a fini par plier. Après une année 2012 marquée par des polémiques notamment quand elle avait réclamé de jouer les Jeux Olympiques en contradictions avec la réglementation olympique (ndlr : il faut avoir un minimum d’une sélection au cours de la dernière olympiade pour prétendre à représenter son pays au tournoi olympique) et presque une décennie d’entêtement, la Française a accepté de faire un gros effort pour retrouver l’équipe de France et être appelée par Amélie Mauresmo. Car depuis 8 ans et sa dernière convocation lors de la finale perdue de 2004 (face à la Russie), la n°1 tricolore avait choisi de s’enfermer dans un système ultra individualisé, basé autour d’une relation fusionnelle avec son père et entraîneur Walter. En effet cette dernière refusait strictement de se rendre en équipe de France si son père ne l’accompagnait pas. Hors n°1 française ou pas, les règles en Fed Cup en France sont claires, les entraîneurs ne sont pas autorisés à interférer durant la compétition et doivent s’effacer derrière le Capitaine. Faute de consensus, Marion choisit la famille et donc sa carrière individuelle.

    L’entrevue australienne

    Mauresmo-n-a-pas-convaincu-Bartoli

    Le déclic est intervenu, en janvier dernier, à l’Open d’Australie. Au soir de son élimination au 3ème tour par Ekaterina Makarova, elle convoque Amélie Mauresmo pour un entretien et lui a fait part de son « envie de faire un gros pas vers cette équipe de France, en me disant qu'elle était prête à s'intégrer dans notre dispositif. » indique la nouvelle capitaine de Fed Cup. Touchée, la lauréate de Wimbledon 2006 envisage son retour avec l’accord des autres joueuses françaises. « Avant de prendre cette décision, j'ai évidemment discuté avec toutes les filles de l'équipe et la réaction a été très positive. Toutes sont évidemment conscientes que Marion peut être un atout extraordinaire. » explique-t-elle. La co-directrice du tournoi Paris GDF-SUEZ a également indiqué que la n°1 mondiale s’est pliée strictement aux règles de vie de l’équipe. « Il n'y a eu aucune concession de mon côté (…) Son papa ne sera pas là pendant toute la semaine de préparation. » précise Mauresmo.

    Un retour qui va donc faire du bien à une équipe de France appelée à défier l’Allemagne de Kerber ou Georges au premier tour du Groupe Mondial II. Un groupe que la France avait rejoint en son absence en 2011 et qu’elle espère quitter avec son retour.

    Christopher Buet


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :